Tuesday, September 12, 2006

Blackboard - L'Espoir et le Doute

Cette fois-ci, nous parlerons d'un ouvrage de Sylvain Urfer (2006), L'Espoir et le Doute - Un Quart de Siècle Malgache, Série Questions Actuelles, Editions Foi et Justice, Antananarivo ; et particulièrement de la deuxième édition revue et corrigée de Mars 2006. Pourquoi ? D'abord, parce que nous sommes frappés par la noblesse de la triple motivation de l'auteur lui-même : " devoir de mémoire ", " souci d'information et de formation des plus jeunes générations ", " désir d'aider à la réflexion " [p. 7]. Secundo, car les rares publications sur la société Malagasy s'imposent naturellement comme ressources à étudier s'il faut connaître Madagascar. Tertio, tout simplement parce que c'est un excellent ouvrage.



De par son cursus académique brillant, comme le témoigne son titre de Lauréat de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, Sylvain Urfer aurait pu intégrer un prestigieux laboratoire de recherche à l'extérieur de Madagascar. Pourtant, il préfère être un praticien du développement en officiant comme curé (jésuite) dans un des quartiers les plus populaires de la Capitale à Anosibe tout en dirigeant le Centre Foi et Justice (oeuvrant dans le secteur social). Sylvain Uerfer est également membre du Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainam-pirenena - SE.FA.FI. (ou Observatoire de la Vie Nationale) : un think tank bien connu à Madagascar. Ce bref portrait, bien que loin de cerner l'auteur, nous permet d'avoir une idée sur l'ouvrage. En effet, celui-ci est un recueil savamment équilibré d'articles, d'interventions de Sylvain Urfer pour le compte de revues de l'Eglise Catholique comme Projet, Etudes, ... ; pour le compte de revues plus académiques comme Politique Africaine, ... ; pour le compte de la société civile Malagasy comme le Comité National pour l'Observation des Elections - C.N.O.E. - Education des Citoyens, ...



La première partie de l'ouvrage et ses dix textes ne peuvent trouver un meilleur titre : " La vie nationale ". Plus précisemment, l'approche historique privilégiée par Sylvain Urfer prend pour point de départ le début des années 70 (1972). Ce repère temporel se justifie par l'arrivée dans la Grande Ile de ce prêtre à cette époque, mais aussi et surtout par le tournant, voire la rupture qu'elle a constitué. Les questions politiques, économiques, sociales, culturelles qui ont jalonné la vie de Madagascar jusqu'à la fin des années 90 y sont passées en revue. Le format de l'ouvrage ne nous permet pas d'y trouver des analyses approfondies sur tous les sujets. Néanmoins, nous avons des éclaircissements sur les grandes tendances (parfois avec la force des détails) qui se sont avérées décisives pour Madagascar. Sans complaisance mais avec une objectivité remarquable, les développements de Sylvain Urfer nous permettent aussi d'enrichir les explications sur les causes du non-développement de Madagascar, à travers entre autres le jeu des différents acteurs, les choix erronnées des politiques menées, l'absence de stratégie de développement et de projet de société : " autant dire que les pouvoirs publics, tout comme les partis politiques, n'ont aucune stratégie de développement, ni sectorielle, ni régionale (...) " [p. 95].



Dans la deuxième partie : " L'engagement chretien ", également constituée par dix textes, Sylvain Urfer a fait une véritable économie politique de l'Egise. Aussi, les grands enjeux comme le développement des pays du Tiers-Monde, l'insertion internationale de ces derniers, la pauvreté y sont traités selon les approches de l'Eglise. Pour ce faire, Sylvain Urfer s'est nourri du discours de l'Eglise tout comme d'exemples d'ailleurs, à l'instar du cas de la Tanzanie [p. 111 et s.] , selon une approche comparatiste. Bien sûr, l'auteur n'impose pas la vision de l'Eglise comme solution à adopter : " Constater l'impossibilité de tirer desorientations économiques cohérentes du discours social de l'Eglise n'est pas une nouveauté. L'Eglise en a elle-même exclu la possibilité " [p. 149]. Une attention particulière a également été accordée aux relations Eglises - Etat Malagasy : un sujet à la fois sensible et controversé mais pourtant crucial pour comprendre Madagascar. Comment effectivement ignorer ces acteurs incontournables du paysage politique Malagasy depuis les années 80 que sont les Eglises, notamment celles regroupées au sein du puissant Fiombonan'ny Fiangonana Kristiana eto Madagasikara - F.F.K.M. (ou Conseil des Eglises Chretiennes à Madagascar).



Arrivé à la fin de l'ouvrage, nous avons déjà envie de nous plonger dans la suite de celui-ci. Quelque part, nous regrettons même que son auteur n'ait pas intégré dans L'Espoir et le Doute, son article " La Nouvelle Donne Malgache ", paru dans Etudes, N°398-4, Avril 2003. D'autant plus que la période post-2002 n'est pas traitée par l'ouvrage. En tout cas, cet ouvrage nous parait une précieuse retrospective qui facilite la compréhension du présent et une préparation de l'avenir. Et gageons que Sylvain Urfer nous gratifiera bientôt de ses pertinentes observations et analyses.

2 comments:

lova said...

Merci de partager cet ouvrage de maniere si complete. Ca donne envie d'en savoir plus.

Shadow said...

Bonjour Lova,
De temps en temps, ce blog mettra en lumière les ouvrages (écrits ou non par des Malgaches) sur Madagascar (notamment en termes de développement, ...). Justement sur ce plan, cela fait quelques temps qu'il y a un draft pour parler d'un ouvrage d'une grosse pointure malgache (un expert, un vrai). Quand il sera complètement bouclé (espérons d'ici quelques jours), il sera mis on line.
Pour en revenir à l'ouvrage de Sylvain Urfer, vu que ce n'est pas un volumineux bouquin, et pas cher en plus (Ar 8,000), cela ne doit être un obstacle de s'en procurer un sur place (par des proches par exemple). En tout cas, c'est vivement recommandé pour ceux qui s'intéressent à Madagascar.